La comédie humaine de Strip Tease 419

Adapté de la fameuse émission télé franco-belge « Strip-tease », le Collectif La Capsule a créé un 419ème épisode aussi absurde que réaliste. 

Le rideau s’ouvre sur la petite scène de la Comédie Saint-Michel. Quatre jeunes comédiens, debout face au public agitent des pancartes « Jésus c’est ouf », « Tiens ta droite ». Les spectateurs doivent voter pour leur épisode favori.  Ce soir là, « Offre d’emploi » ouvre le bal.  

Assis sur une chaise face au public, Thomas Larbey, impassible, joue le rôle d’un recruteur misogyne et désabusé. Il fait passer un entretien d’embauche à une jeune femme postulant comme serveuse (jouée par Marushka Jury). « Mais enfin vous auriez passé une nuit, peut être ça aurait facilité », finit-il par lui dire, à l’image du « vrai » patron  vu dans l’émission télé. 

Un théâtre documentaire

Depuis le 8 septembre, les comédiens Thomas Larbey, Marushka Jury, Salomé Scotto, et Paul Lourdeaux jouent la pièce Strip Tease 419 tous les vendredis et samedis soir. Cet ultime épisode s’inspire de l’émission télévisuelle belge, née en 1985 sur la chaîne RTBF. Le programme sera ensuite diffusé en France à partir de 1992 sur France 3. La particularité de  « Strip-tease » ?  sa dimension documentaire. Sans aucune voix off pour le guider, le spectateur plongeait dans le quotidien d’inconnus parfois marginaux.

L’idée d’une adaptation a germé dans les esprits de Thomas Larbey, Ambre Febvre, Salomé Scotto, et Paul Lourdeaux, anciens élèves des Cours Florent et membres du Collectif La Capsule en juillet 2016.  Les quatre comédiens commencent à sélectionner et à retranscrire mot pour mot une trentaine d’épisodes sur les 418 de la série. Ils n’en gardent finalement que dix, qui traitent du travail, de la famille, de la religion ou de l’argent.  «C’est ceux qui nous racontent le plus de choses, qui permettent aux spectateurs de s’identifier »,  explique Thomas Larbey. Les acteurs laissent volontairement peu de place à l’improvisation.  «Nous essayons de redonner la parole à des exclus, de leur rendre hommage d’une certaine manière, poursuit M. Larbey.  Les gens paumés existent, et ils disent parfois  des énormités. ».

Dans la salle, le public est partagé entre rire et silence. Le comédien donne l’exemple du jeune nazi (extrait de l’épisode « Tiens ta droite ») qui refuse l’aide d’une infirmière noire. « Aussi dure soit sa parole, insiste Thomas Larbey, elle existe et nous devons la considérer».  Pour le collectif, ce type de propos est d’ailleurs toujours d’actualité et se retrouvent dans les discours islamophobe par exemple. 

Pour certains spectateurs comme Kenza Cheriti, le  message sous-jacent de la pièce n’est pas toujours très clair.  «Où est le fil rouge de la pièce ? Je n’arrivais pas bien à voir le lien entre les épisodes. » Quoi qu’il en soit, le Steven ou la Madame Pipi de Strip Tease 419 ne laissent pas indifférents. Comme l’étaient déjà leurs figures sur écran. 

 

 

Marthe Rousseau

 


Le cosmos du Collectif La Capsule

Le Collectif La Capsule est créé en 2014 par de jeunes comédiens rencontrés aux Cours Florent. De cinq membres aux prémices, ils sont aujourd’hui dix-sept et comptent sept créations. Du théâtre classique au contemporain en passant par l’absurde, chaque spectacle porte une intention singulière.

Strip Tease 419 jusqu’au 6 janvier 2018 à la Comédie Saint Michel, 95 Boulevard Saint-Michel, 75005 Paris.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s