Quand les réfugiés se mettent aux fourneaux.

L’association Eat&Meet Bus aide des chefs cuisiniers migrants à s’insérer par la cuisine. 

En ce dernier dimanche de septembre, au Village International de la Gastronomie, Port du Gros Caillou, à Paris, une senteur d’herbe aromatique cueille les visiteurs, autour d’un stand pas comme les autres. Abdul, un chef soudanais immigré, cuisine le « kofta », un beignet de légumes à la sauce coriandre et citron vert. Attiré par la bonne odeur et le sourire du chef, les curieux dégustent ce beignet épicé. L’occasion aussi de découvrir l’association Eat&Meet Bus.

eat&meet

Fondée  le 31 décembre 2016 par trois étudiantes en architecture, ce collectif promeut l’intégration de chefs réfugiés à travers la gastronomie notamment grâce leur participation à des ateliers et des événements culinaires. « La cuisine fédère, permet de découvrir d’autres cultures et de partager son propre patrimoine culturel », explique Camille Marshall, une des co-fondatrices.  Marie Legleye, son amie et partenaire dans l’aventure, ajoute « Dès que l’on parle cuisine, les langues se délient ».

L’idée de ce projet est né à Rio de Janeiro, ville où elles ont rencontré Hassan, un réfugié syrien. Là-bas, regroupé avec une douzaine de compagnons d’infortune, il réussissait à cuisiner et à vendre des plats traditionnels de son pays. Et autour des casseroles de faire un pas vers l’intégration.  De retour en France, les trois jeunes femmes ont compris l’urgence d’agir face à la crise migratoire.  « Les réactions de nos proches et connaissances ainsi que la gestion par le gouvernement de cette crise nous ont choqués, s’indigne Marie Legleye. Nous sommes pourtant dans le pays des droits de l’homme  ». Grâce à Eat&Meet bus, elles espèrent  faire bouger les lignes et changer au passage le regard sur l’immigration.

Quelques semaines plus tard, Abdul, Marie, Camille et quelques bénévoles sont réunis lors d’une des réunions hebdomadaires de l’association. Ce mardi,  la rencontre a lieu  chez Najla, 32 ans, chef de projet en banque. La jeune femme fait partie  de la dizaine  de bénévoles réguliers. Tous ont tous des profils différents, mais ont la même envie d’aider les chefs migrants à trouver du travail, et à s’intégrer.

La plupart des membres actifs de Eat&Meet Bus sont jeunes, souvent encore étudiants, prêts à donner de leur personne pour faire vivre l’initiative.  « En fait, on a tous du temps mais on le  consacre souvent à des choses plus secondaires, ou à ne rien faire »,  confie Loïck, étudiant en mécanique, engagé depuis 6 mois. « C’est un choix ». Camille de son côté continue à jongler entre stage à plein temps en architecture et engagement aux côtés de l’association.

Ce soir-là, Abdul est souriant, à l’aise, entouré de cette petite bande, devenue au fil du temps des amis. Après à peine deux ans passés en France,  son français est encore hésitant mais désormais compréhensible.  « Il a fait des progrès impressionnants », explique Najla, qui avait pris l’habitude de lui servir d’interprète. Marie lui a préparé une liste d’ingrédients avec leurs noms en français et une photo en illustration, un moyen efficace pour apprendre.

Au-delà de l’aide à l’insertion professionnelle, les bénévoles accompagnent les chefs réfugiés dans leurs démarches administratives, mais aussi les aides à tisser du lien social. « Le but est vraiment qu’ils aient des amis à qui demander de l’aide », précise Camille Marshall. « Nous leur proposons aussi de discuter avec nous, pour qu’ils puissent, s’ils en ressentent le besoin nous confier leur histoire personnelle, souvent douloureuse », poursuit Marie Legleye.

Les nombreux événements organisés cet été ont permis à la jeune association de se faire connaître, et à de nombreuses personnes de se rendre compte que « des solutions existent même à très petite échelle ».  L’avenir ?  Trouver  de nouveaux financements, pour notamment financer Un Tour de France dans un bus transformé en cuisine ambulante.

eat&meet bus 2

Juliette Mantelet 

           

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s